ADR ou Postsynchronisation

ADR (Automatic Dialog Replacement) : Il s’agit du terme anglais désignant la postsynchronisation. La postsynchronisation est un procédé de postproduction cinématographique consistant à réenregistrer en studio les dialogues d’un film pour remplacer ceux enregistrés lors du tournage.
A la différence du Doublage qui consiste à réenregistrer les voix dans une autre langue et par d’autres comédiens, la postsynchro fait intervenir les mêmes comédiens interprétant les mêmes répliques que lors du tournage. Cela les oblige à retrouver la même intention tout en observant une synchronisation parfaite du mouvement des lèvres.

MIDI

MIDI : Fondé au début des années 80 par David Smith, le Musical Instrument Digital Interface est un protocole destiné à permettre la communication et la synchronisation entre un ou plusieurs ordinateurs et un équipement musical.
Le principe : aucun signal audio n’est transmis par les câbles midi (câble 5 broches DIN – mais aussi USB et firewire). Ne circulent dans ces câbles que des messages digitaux composés de 1 et de 0.
Les équipements et interfaces MIDI permettent ainsi de connecter un synthétiseur (clavier maître), une boite à rythme, une batterie électronique, … à une station de travail audio-digitale (DAW) et d’utiliser des banques de sons internes à l’ordinateur pour les reproduire et les moduler.
En appuyant sur une touche du synthétiseur, vous n’envoyez pas un son à l’ordinateur mais une série d’informations (hauteur de note, vélocité, attaque, durée …). C’est l’ordinateur qui se charge de « produire » le son en utilisant un son de référence stocké en mémoire et sur lequel il applique les variables transmises par le message MIDI (hauteur, vélocité …). Le résultat est une performance sonnant comme vivante, jouée, non mécanique mais sur un instrument digital aussi appelé instrument virtuel.

01midi_in.gif

Pour en savoir plus sur le protocole MIDI.

Vu-mètre

Vu-mètre : un vu-mètre est un appareil de mesure permettant de visualiser le niveau d’entrée ou de sortie d’un son. C’est généralement grâce aux vu-mètres que l’on évalue si un niveau d’entrée ou de sortie risque de saturé ou d’endommager le matériel.

Les vu-mètre peuvent être à aiguille (systèmes analogiques), à led (diodes) ou digitaux :

vu-metre analogique

vu-metre diode - fostex fr2 le

digital peak master - vu-metre

Bruitage

Bruitage : La définition du mot bruitage recouvre deux sens relevant à la fois de l’action et de son résultat. La première acceptation du mot bruitage, renvoie à la « reconstitution artificielle ou par enregistrement des bruits qui doivent accompagner l’action d’une œuvre théâtrale, cinématographique ou radiophonique » (source encarta). Il s’agit donc de l’opération qui consiste à synchroniser des bruits avec des images filmées. Le bruitage est donc le métier du bruiteur.
Le deuxième sens du mot bruitage désigne les sons reconstitués pour chacun des plans et chacune des actions d’un film, d’une pièce de théâtre ou d’une émission radio. On parle alors des bruitages d’un film.

Le bruitage que l’on nomme aussi l’effet sonore correspond donc à une étape de la fabrication d’un film et se réalise après le tournage donc en post-production. Les bruitages sont réalisés par un bruiteur dans des auditoriums spécialisés où l’on trouve tout le nécessaire pour la réalisation des sons. On pourra par exemple y trouver différents types de sols pour bruiter les pas sur différentes surfaces, différentes paires de chaussures, parfois un coin cuisine, une porte et bien sur tout un tas de bric-à-brac au son si particulier. Une des grandes qualités d’un bruiteur c’est sa mémoire des sons, sa capacité à se souvenir du son de chacun des objets et à choisir celui qui permettra d’obtenir le bruitage attendu. Les auditoriums pour bruitages sont équipés d’un écran de projection servant au bruiteur pour la synchronisation de ses actions. Les bruiteurs recréent à l’image et à partir d’objets et de leur corps les bruitages nécessaires au film.

Toute la difficulté pour le bruiteur réside donc dans la nécessité de produire des bruitages réalistes et qui en plus s’intègrent dans l’univers sonore déjà en place ou à venir (dialogues, sons issus du tournage …).

Il faut bien distinguer le bruitage proprement dit, opération manuelle et fabrication « sur mesure » des sons de chaque plan du film, et le montage son et le design sonore, qui utilisent des sons de sonothèques, des sons d’ambiances enregistrés sur le tournage ou ailleurs. Le montage sonore final du film assemblera tout ce matériel sonore (des sons d’ambiances, des bruitages, des dialogues, etc…).

Bruitage, en anglais sound fx ou SFX. On trouve également dans le vocabulaire anglophone le terme Foley qui désigne initialement les bruitages de pas et de mouvements réalisés par un bruiteur en séance de postprodution. Le terme Foley a été adopté pour désigner ces sons en hommage à Jack Foley, l’un des premier et des plus célèbres bruiteurs. Les bruitages sont ainsi réalisés par des Foley Artists qui ont aujourd’hui élargi la gamme de leurs compétences bien au-delà des seuls bruitages de pas et de mouvement.

Auditorium pour bruitages

Auditorium pour bruitages : différentes textures de sol